Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Des jeux des livres : à pied sur la route du Tokaido

Cette semaine je vous parle de deux classiques :  À pied sur le Tôkaidô de Jippensha Ikkû et Tokaido le jeu d’Antoine Bauza.
route de tokaido

Si vous aimez le Japon et ses traditions vous avez sans doute rêvé de parcourir la fameuse route du Tôkaidô. Ce faisant vous partez à la rencontre du Japon traditionnel, effectuant ainsi un extraordinaire voyage initiatique au cours duquel vous allez découvrir mille merveilles. Il va falloir prendre son temps pour contempler les somptueux panoramas qui s’offrent à vous. Attention de ne pas vous perdre en chemin.

À pied sur le Tokaido de Jippensha Ikkû

Pas de tout repos, les voyages sur le Tôkaidô d’antan…mais certainement haut en couleurs. Pour ceux qui ne le sauraient pas, le Tôkaidô (littéralement “la route de la mer de l’Est”) était la route reliant Kyoto à Edo. Le roman de Jippensha Ikkû À pied sur le Tokaido, fort judicieusement réédité par les éditions Philippe Picquier, a été un succès à l’époque de sa sortie au Japon en 1802.

C’est un roman comique, illustré en son temps par les plus grands artistes. Il relate un voyage entrepris par Kitahachi et Yajirobei, deux joyeux lurons, amateurs de femmes, de sake et de spécialités culinaires, sur la grande route du Tôkaidô. Ils n’hésitent pas à s’en prendre à plus faible qu’eux, mais ils sont tellement peu malins qu’ils se retrouvent le plus souvent les dindons de leur propre farce. Ils ont tout de même un côté sympathique puisqu’ ils sont les premiers à rire de leurs propres déboires.

Devant les cinquante-trois relais du Tôkaidô, c’est tout le Japon traditionnel qui se donne en spectacle : on y voit défiler les Samouraï, les bonzes, les prostituées, les mendiants, les commerçants, s’arrêtant dans les maisons de thé ou les auberges. Tout un petit monde se rencontre, s’injurie et souvent se bagarre.

Un peu d’Histoire : à l’époque d’Edo, un voyage, pour les gens du peuple, s’effectue principalement à pied. On imagine mal de nos jours ce qu’un tel voyage pouvait avoir d’éprouvant. Cependant les routes étaient empruntées par des milliers de personnesz.

Comment expliquer de tels déplacements de gens ? Sans doute y avait-il l’extraordinaire charisme exercé par le sanctuaire d’Ise, et sa divinité, Amaterasu Omikami. Une autre raison cependant incitait paysans, citadins, bourgeois des villes, enfants même, à s’élancer sur la route d’Ise : la sécurité était assurée sur tout le parcours, les structures d’accueil sur les principales voies de communication du pays étaient extraordinairement bien développées.

De plus les voyages s’enrichirent d’un élément purement ludique qui ira se diversifiant. Et ceci ne manquera pas d’exercer une influence sur la création d’une littérature prenant le voyage pour thème. Ainsi on voit apparaître de nombreux guides de voyage : distances entre étapes, tarifs des auberges, péages des gués, spécialités régionales.

C’est à Jippensha Ikkû que reviendra toutefois le mérite d’avoir su fondre un récit de voyage au comique truculent dans un guide touristique et d’en tirer une œuvre cocasse.

Avec le succès du roman, l’auteur décide d’écrire une suite et d’expédier nos joyeux lurons jusqu’à Osaka, ce qui faisait déjà un voyage à pied de près de six cents kilomètres. En 1806 les deux héros reprirent encore du service pour pousser jusqu’au pèlerinage de Kompira, dans l’île de Shikoku, descendant sur la route de Sanyô revenant sur leurs pas, flânant sur la route de Nakasen, pour revenir enfin à Edo, en l’An Cinq de Bunsei (1822), au terme d’un parcours de deux mille trois cents kilomètres ! Rien que ça !

Bref, une aventure picaresque que vous dévorerez d’un œil amusé !

a pied sur le tokaido

A lire :  Critique et avis sur Donuts : INSERT toi là

Tokaido

Si vous aussi vous voulez prolonger le voyage sur la route du Tôkaidô, je vous conseille de découvrir ou redécouvrir le jeu éponyme d’Antoine Bauza illustré par Naïade.

 

Vous démarrez ici un extraordinaire voyage initiatique au cours duquel vous allez découvrir mille merveilles. Sachez prendre le temps de contempler les somptueux panoramas qui s’offrent à vous : entre majestueuses montagnes, paisibles littoraux et vastes rizières, laissez la course de vos pinceaux encrer vos souvenirs. Profitez des bienfaits qui jalonnent votre parcours, de la quiétude salvatrice des sources chaudes aux innombrables délices culinaires qui émerveilleront votre palais.

 

Tokaido est un jeu de plateau sorti en 2012 qui n’a pas pris une ride : les joueurs y incarnent des voyageurs du Japon d’autrefois qui se promènent sur le Tokaido. Chaque arrêt sur la zone de jeu permet de réaliser l’action du lieu. Visites de sources d’eau chaude, de temples, d’échoppes, et arrêts aux stations Relais pour découvrir les spécialités locales sont au programme. L’objectif étant d’obtenir le plus de points d’expérience à la fin de la partie.

Dans Tokaido, c’est toujours le joueur le plus en arrière sur la route de Tokaido qui joue en premier pour le tour suivant. Il avance alors d’autant de cases qu’il le souhaite jusqu’à une prochaine case libre. Seules les stations relais sont des arrêts obligatoires. La partie prend fin lorsque tous les voyageurs sont arrivés au dernier relais d’Edo.

jeu tokaido

jeu tokaido

 

Quelques arrêts disponibles du jeu :

  • Les échoppes, qui permettent d’acheter des souvenirs et former ainsi des collections.
  • Les fermes, qui  rapportent 3 pièces.
  • Les panoramas, qui permettent d’observer des points de vue ce qui rapporte de plus en plus de points.
  • Les sources chaudes, qui donnent des points de victoire
  • Les temples, qui permettent aux voyageurs de faire un don, de minimum 1 pièce. Chaque pièce offerte rapporte un point.

 

Comme Kitahachi et Yajirobei vous rencontrez des guides, des artisans, des prêtres Shinto, des nobles ou des samouraïs grâce aux cartes rencontre qui ont de puissants effets. Enfin les relais permettent aux joueurs d’acheter des cartes repas qui coûtent de 1 à 3 pièces et rapportent toutes 6 points d’expérience.

tokaido

tokaido

tokaido

A lire :  La réceptionniste Pokémon : une série en stop-motion dans l'univers Pokémon va cartonner sur Netflix

Mon avis sur Tokaido :

Tokaido fait partie de ces grands classiques du jeu moderne par l’originalité de sa mécanique très accessible et le travail visuel de Naïade. Sa palette est absolument sublime, tout en douceur et poésie pour représenter le Japon d’antan. On prend son temps, on flâne d’arrêts en arrêts…au risque de se faire chiper l’emplacement tant convoité…finalement la route du tokaido ce n’est pas de tout repos.

Il est possible de prolonger le plaisir avec Tokaido duo mais aussi avec le jeu Namiji sur une thématique marine.

Tokaido fête ses 10 ans ! Allez on patiente encore un peu avant de découvrir la nouvelle édition proposée bientôt par Funforge, qui incluera l’extension, avec de toutes nouvelles illustrations de Naïade. Ou on craque pour l’édition anniversaire, sublime, extension incluse aussi.

Tokaido

  • un jeu d’Antoine Bauza
  • illustré par Naïade
  • édité chez Funforge
  • prix : 76€

 

tokaido

bouton ludum

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
WhatsApp
bouton Ludum
bouton playin 2
wizard head campustech

Newsletter

Reçois un récap des actus ludiques + les bons plans et promos sur les jeux