Game over : l’ombre du harcèlement dans les jeux de société

Le harcèlement et les comportements déplacés existent aussi dans le milieu des jeux de société, et il faut en parler.

Depuis quelques jours, un article du blog Le point de Polgara circule sur les réseaux sociaux pour inviter de potentielles victimes de comportements déviants à témoigner. Plusieurs joueuses ont dans un premier temps exprimé leur ras le bol de subir des “avances insistantes, une drague lourde ou encore des propos misogynes de la part d’une même personne”. Parce que le sujet dont il est question est inacceptable et révoltant, j’invite tous les insurgés à découvrir le récit qui suit pour mieux comprendre comment repérer les signes que rien n’va plus !

Ne banalisons pas et brisons l’omerta !

J’ai essayé, j’vous jure, j’ai tenté tant que j’ai pu de ne pas réagir ni intervenir dans ces débats dont le sujet me touche pourtant. Je me disais « non, tant que tu n’as pas été directement impliquée, tu ne peux pas te mêler et donner un avis ». Je me suis contentée d’écrire un mot gentil à mes copines salies sur les réseaux sociaux parce que parmi leur public, certaines personnes ne se contentaient pas du riche contenu qu’elles proposaient avec tellement de passion, des heures de préparation, un travail colossal de recherche et de diversité dans leurs propositions…

Non, il a fallu qu’elles en prennent plein la gueule pour avoir usé d’un rouge à lèvres trop vif, pour avoir porté une tenue qui laissait entrevoir leurs formes ou leur peau, pour avoir osé évoquer un sujet qu’elles ne pouvaient maîtriser en tant que femme puisque réservé à l’élite masculine et son dégueulis de testostérone !

Et puis j’ai lu ce récent article sur La toxicité dans le secteur ludique et j’ai eu honte ! Honte d’avoir fait l’autruche ! Honte de m’être presque persuadée que cela ne me regardait pas et que les copines se défendaient très bien toutes seules ! Honte d’avoir osé croire que mettre un mouchoir sur la plaie allait suffire à la guérir ! Moi ?! Moi grande gueule, prête à me battre avec le premier emmerdeur qui me cherche, moi qui donne des leçons à mon entourage pour que les femmes se soulèvent, pour que tous cessent de reproduire indéfiniment le schéma transmis par nos ancêtres de l’éternelle femelle faible et incapable et du mâle indestructible et polyvalent !

En restant dans le silence vous, NOUS, hommes et femmes témoins d’un comportement déviant, entrons dans le jeu du manipulateur qui a toujours comme but premier d’isoler ce qu’il considère comme étant sa proie ! Si je prends le temps d’écrire sur le sujet aujourd’hui, ce n’est pas franchement pour alimenter le feu ni couper des têtes (non pas des têtes…) mais pour soutenir la cause et rappeler à tous que L’UNION FAIT LA FORCE !

L’article cité propose un lieu d’écoute dédié aux femmes victimes de tous types d’agressions, harcèlement et autres propos sexistes, déplacés ou insistants car OUI ! Ca commence par là et ça finit par déraper : si l’Autre n’est pas capable de recevoir ton refus quand il s’agit d’un échange verbal à propos de ta vie perso, comment le serait-il quand il te demandera d’enlever ta culotte ?!

Dans leur écrit, ne sont abordées « que » les violences à l’encontre des femmes dans l’univers du jeu de la part d’hommes et c’est déjà un gros chapitre… Les personnes à l’initiative du groupe sont bien conscientes, et moi avec, que d’autres cas de figure existent également (le tabou en est peut-être même encore plus important) mais comme elles l’expliquent si bien: « nous ne pouvons pas mener tous les combats ».

Toutefois, il me parait important de préciser, avant d’entrer dans le vif du sujet, que quand j’emploierai les pronoms « il » ou « ils » ce ne sera JAMAIS pour stigmatiser les hommes en général mais bien pour cibler les individus qui cherchent à nuire (les pervers donc ! ).

harcèlement jeux de société

Stop !

T’es prêt ?! Alors attache ta ceinture on décolle.

  • Où t’as vu qu’on t’autorisait à poser des questions insistantes sur notre vie privée quand le message de notre profil résume « je viens parler jeux, lire jeux, bouffer jeux » ?!
  • A quel moment t’as cru que parce qu’on échangeait sur un sujet (le jeu !), t’allais pouvoir tout savoir de nous et nous parler comme si on partageait la même brosse à dents ?!
  • On t’a pas appris à demander la permission ? A t’excuser ? A ajouter un « si c’est pas indiscret » ou « tu réponds si tu veux » ?!

 

Quelle perte de temps ces formules de politesse qui induisent une prise en considération sur laquelle tu pisses ! Mais bon… pourquoi ne pas les utiliser pour habiller un peu le personnage que tu t’es façonné, avoir l’air charmant et donner l’impression de t’intéresser  en tournant tes phrases de façon à ce que l’interlocutrice se sente un peu obligée de répondre…Méfiez-vous mesdames car c’est exactement ce qu’il cherche!

Vous mettre mal à l’aise, vous donner le sentiment d’être impolie si vous ne répondez pas et prétentieuse si vous le rembarrez. Il enduit de miel ses propos pour mieux vous engluer, vous faire douter de vous et même croire que, peut-être, vous l’avez provoqué en n’étant pas assez claire du départ ? Quand vous en êtes à ce stade, le mal est déjà en train d’opérer. L’araignée a tissé sa toile et va pouvoir commencer à jouer en vous manipulant :

D’abord vous vous sentirez gênée et aurez peut-être besoin de préciser avec délicatesse (pour ne pas blesser ni passer pour une bêcheuse) que vous avez un conjoint et/ou une famille ou au contraire que vous êtes très bien toute seule etc…

=> Erreur! (conséquence du 1er fil que la vilaine bébête est en train de tirer): vous n’avez pas à vous justifier de quoi que ce soit ni donner de détails sur votre vie privée alors que ce n’était jusqu’ici pas le sujet ! (Mais oui, rappelez-vous: c’était les jeux !!!)

Vous ferez alors en sorte de ne plus être à l’initiative d’une conversation en vous disant (à tort) « s’il voit que je reste distante, il va sans doute lâcher l’affaire tout seul »

=> Mais c’est sans compter sur son flair ! Il a perçu la faille bien avant vous et sait qu’il n’aura aucune difficulté à s’y faufiler

Et il va revenir croyez-moi à grands coups de « Coucou la belle ? Quoi de neuf chez toi ? » quand vous répondrez simplement « Bonjour, rien de spécial et toi ça va ? » (C’est ça, continue de rester polie… t’as vu comme ça marche bien ?!); « Alors qu’est ce que tu as prévu de beau ce week end », « AVEC MON HOMME on a décidé de partir quelques jours. Et VOUS, vous faites un truc ?! » (Mais bordel tu t’en fous !!!! Tu ne veux même pas savoir et surtout tu ne veux pas qu’IL sache ! Alors il suffirait de dire STOP un point c’est tout…)

=> Si c’était si simple hein… C’est ce que tu te dis toi qui lis ces lignes et qui commences à avoir sévèrement envie de chialer… Ouais, si c’était si simple, vous croyez pas qu’un paquet de trucs dégueux n’auraient jamais eu lieu ?

Tiens tiens… V’là la honte qui commence à pointer le bout d’son nez. Tu te dis « mince, tout le temps que je passe à détourner ses questions intrusives (camouflées en maladresses ou blagounettes), je ne le passe pas avec mon mec donc au final je lui accorde plus de temps à lui alors que j’essaie de lui envoyer le message inverse ! Mais quelle conne ! Et maintenant que je sais ça, j’en fais quoi ?! »

=> Si je réagis maintenant alors que ça fait déjà des plombes qu’il me gonfle avec ses phrases à la con, je vais passer pour une allumeuse ! Il va me répondre que j’avais qu’à lui dire du départ et arrêter de lui parler si ça ne m’intéressait pas.

Et v’lan ! C’est fait, tu y es ma vieille ! Tu vas pouvoir ruminer ta culpabilité encore un moment si tu ne réagis pas vite ou que personne ne te vient en aide.

=> Et personne ne viendra puisque la honte t’a poussé à te taire, que toi-même tu ne t’ai pas mêlée des affaires des autres et que, quand même, faudrait pas éclabousser toute la communauté avec tes cachoteries petite traînée…

Voyez un peu comme le poison a bien agi. Il n’a même pas besoin de se salir les mains, vous vous flagellez déjà très bien toute seule et continuez de vous murer encore un peu plus dans le silence et la honte.

Oui, la honte de ne pas avoir su dire « non« .

La honte d’avoir pu croire qu’en faisant semblant de ne pas comprendre les allusions, les questions, les sous-entendus; il allait s’épuiser.

La honte de laisser planer ce doute malgré vous parce que trop courtoise, parce qu’authentique quand vous dites que vous aimez échanger sur votre passion, parce que vous avez fait comme si vous n’aviez rien senti quand une main s’est posée une première fois sur votre épaule puis, plus tard, sur votre cuisse, comme ça, l’air de rien, parce que vous vous êtes croisés en festival et que vous vous amusiez tous à tester un truc d’ambiance, en public, entourés de gens adorables et bienveillants qui n’ont même pas discerné ce geste déplacé et malaisant que vous tentez déjà d’oublier (et de vous convaincre que « non non, ça n’a pas eu lieu »)

harcèlement jeux

Qu’est-ce que t’as cru pauv’ tâche ?

Tu nous crois assez désespérées pour fondre devant toi parce que tu nous as fait rire une fois ? Parce qu’on a les mêmes centres d’intérêt ? Que t’as publié 2 ou 3 jeux ? Pondu un article sur un site ? Parce que tu fais des supers posts insta ? Ou que tu nous fais un compliment grotesque genre « t’es belle comme que’qu’chose qui brille » #renaud

Qu’est-ce que tu comprends pas dans « je n’aime pas trop parler de moi », « je suis heureuse dans ma vie perso donc je ne cherche rien d’autre qu’à échanger sur ma passion », « je n’ai pas à me justifier sur ce que je fais de mon temps libre ou avec qui je l’occupe » ?! (Oui on sait, toi ça ne t’ennuie pas trop de délaisser ta moitié et tes mioches pour aller t’éclater ailleurs et surtout faire chier le monde !)

Qu’est ce qu’il faut donc qu’on réponde pour que tu comprennes le message : « non je ne vais pas tout plaquer pour m’envoyer en l’air avec un porc qui a les hormones en ébullition et la tête comme une pastèque à force de se palucher devant le miroir en se répétant qu’il est beau et fort comme un Dieu grec ! 

Eh bien oui !!! Oui mesdames ! C’est exactement ce qu’il faut faire :

Arrêtez de donner du pouvoir à ses brutes épaisses qui vous manipulent et vous intimident alors qu’ils ne sont rien d’autre que de misérables insectes qu’on écrase à grands coups de semelles sans difficulté à condition d’arrêter de se poser 50 000 questions et de vouloir reproduire le schéma de la fille de bonne famille qui reste souriante, contente et gentille quoi qu’il arrive ! Personne ne va vous gronder alors levez-vous et hurlez votre colère et votre mépris contre celui qui se fout de ce que vous ressentez

Dites à vos précieuses filles que non, tous les hommes ne sont pas des salauds. Et oui, parfois, ils font de jolis compliments qu’on a le droit de recevoir et d’apprécier, des mots doux sincères, gratuits, pour faire plaisir, encourager, soutenir. Cueille ce fruit ma jolie et savoure son goût sucré mais regarde bien avant si tu ne vois pas un petit trou par lequel le ver a pu s’infiltrer. Apprenez-leur à se méfier des faux compliments qui dissimulent une demande et camouflent (mal) un message inapproprié, ceux qui sont suivis d’un sous-entendu du style « ton copain est drôlement chanceux » (Ah bon ?! qu’est-ce t’en sais, j’ai p’t’être un caractère à foutre aux chiottes !)

Expliquez-leur qu’un contact chaleureux et amical ne provoque pas de sursaut, ne noircit pas le regard, ne génère ni boule au ventre ni larmes de rage…Encouragez-les à s’écouter et faire confiance à leur instinct. Quand les petits papillons virevoltants ont laissé place aux nœuds qui te serrent la gorge et te déchirent les entrailles, c’est signe que l’intention de la main qui te touche n’est pas celle que tu imaginais.

Dites-leur combien elles resteront belles et féminines même si elles jurent, même si elles se battent, mêmes si elles disent non et que les hommes, les vrais (pas les ordures, pas les pervers, pas les nuisibles) les aimeront pour ça !

Bon, je crois que le message est passé, on va pouvoir redescendre maintenant…J’espère vous avoir aidé un peu et envoyé le bon message à chacun, chacune.

Heureusement pour moi, pour le moment, au sein de la communauté ludique, j’ai eu affaire à des personnes formidables et sympathiques. Mais dites-vous qu’une ou deux mauvaises expériences c’est déjà trop, hélas ! Toute tentative d’intrusion dans votre espace intime malgré les limites clairement définies au départ constitue une violation (quand on dit non c’est pas peut-être c’est non donc t’insistes pas si tu veux pas voir tes chicots tomber dans la soupe).

On est tous là pour la même chose : se renseigner sur notre passion, échanger sur nos avis, se conseiller des nouveautés… Avec beaucoup, on a même réellement sympathisé et on s’est vu sans qu’il n’y ait rien d’autre que du partage et des rires ; oui ! Même avec des hommes !!! Parce qu’on est des HUMAINS merde ! Censés être évolués, civilisés et capables de se parler et s’apprécier sans se renifler le cul ! Et si certains cherchent plus, peut-être qu’ils peuvent aller voir sur un site de rencontre par exemple…Mais bon, j’comprends : c’est moins drôle quand la personne est ok du départ…Ca t’enlève un peu de challenge et t’aimes ça impressionner, ça te donne l’impression d’en avoir une énorme hein ?! )

Bref, tout ça pour dire que je salue (je vais pas dire j’embrasse, ça fait chaudasse pour une fille c’est ça ?) les copains et les copines avec qui les échanges sont toujours jovials, intéressants, enrichissants (et drôles ! ). Ils sont nombreux et se reconnaîtront. Poursuivons la route ensemble et soutenons-nous les uns les autres ! Ne laisse pas ta porte entrouverte,  quand le loup est dans la bergerie, il est déjà trop tard…

Le lien vers l’article dont il est question :

https://www.lepointdepolgara.fr/index.php/2023/09/11/toxicite-dans-le-secteur-ludique/

Pour agir, voici quelques ressources diffusées par lepointdepolgara :

Nous contacter via une adresse mail dédiée qui servira également à recueillir des témoignages : metoo.jds@gmail.com

Utiliser le formulaire ci-après : https://forms.gle/Na77vEZHSH99HUJy5

Pour faire cesser ces agissements, nous avons besoin que toutes et tous partagent cette information, la création du serveur Discord, l’e-mail de contact et le formulaire.

Ressources : 

Une chanson que je vous recommande :

« Des comme lui » de Lynda Lemay
Un livre (tout petit) qui pourrait vous aider : « Les yeux rouges » de Myriam Leroy

(Merci Tatiana)

Une vidéo pour expliquer aux enfants et les protéger :

Le Loup : un album, une chanson et une vidéo pour briser le tabou de l’inceste


Mélanie Fragata


Bandeau google actus

Newsletter Campustech

Recevoir les actus, critiques, guides et bons plans jeux de société deux fois par semaine

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

A lire aussi :

Dans la même catégorie :

sky team turbulences

Turbulences : l’extension pour Sky Team arrive sur le tarmac

liste nommés Spiel des Jahres 2024

Les nommés pour le Spiel des Jahres 2024 sont connus !

dekal jeu

Dékal : copié décalé ?

kemet-rise-of-the-gods-gamefound

Kemet : Rise of The Gods sur gamefound, les dieux égyptiens sont énervés

1% jeu de dés iello

1% : un jeu où chaque lancer de dés peut mettre fin à la partie !

boba life musoka studio

Boba Life : un jour je serai le meilleur serveur !

Happy corgi musoka studio

Happy Corgi : un jeu de société qui a du chien !

Split musoka studio

Split : un nouveau Tetris de chez Musoka Studio

4 réflexions au sujet de “Game over : l’ombre du harcèlement dans les jeux de société”

  1. Malheureusement j’ai l’impression qu’aucune de nous n’a été épargnée, que ce soit IRL ou juste sur les réseaux, c’est pareil.

    Répondre
  2. super article!
    et wai, le pire est qu’il y a des mecs qui croient encore que c’est la norme de te dire sur un post FB « on dirait que tu t’es pris une faciale » alors que tu publies une photo de toi en train de faire un masque….
    Mais aussi : je fais partie d’un groupe FB de joueurs en solo, on est peu de meufs sur les 10 000 ludopathes. Jamais de mot déplacé, jamais de post perso, du jeu, du jeu des blagues sur les jeux and voilà.

    Répondre

Laisser un commentaire