Maple Valley, la suite cosy de Creature Comforts

Un jeu de collection et de gestion de main dans l'univers naïf et crayonné de Creature Comforts ? Oui ! Il s'agit de Maple Valley, qui paraît chez Matagot en France.

Fin 2020, l’éditeur KTBG lançait sur Kickstarter Creature Comforts, jeu familial de collection et d’exploration, où les joueurs incarnent des familles d’animaux devant recueillir des victuailles au cours du printemps, de l’été et de l’automne. Par son gameplay efficace, ses visuels alléchants et son matériel de qualité, Créature Comfort avait séduit les joueurs, se hissant au classement BGG, et KTBG a donc proposé sa suite Maple Valley. D’abord lancé sur Kickstarter, le jeu est maintenant disponible en boutique en français via l’éditeur Matagot.

Dans Maple Valley, le rude hiver s’est enfin estompé, les animaux ont émergé de leurs maisons, et le festival du printemps arrive ! Pendant que les adultes s’affairent à la construction des stands, les jeunes sont envoyés dans la forêt récolter les victuailles nécessaires aux festivités.

Ce sont ces jeunes que vous incarnez, et votre tâche ne sera pas toujours facile : les chemins ne sont pas toujours dégagés ; vous devrez grimper, nager et creuser pour atteindre les bosquets les plus généreux, chercher des ingrédients frais de printemps pour aider les villageois à faire leurs courses, et dénicher des curiosités qui attireront d’habiles éclaireurs dans votre équipe en pleine croissance.

cartes du jeu maple valley

cartes maple valley

Crédits photos : BGG

En termes de mécaniques, Maple Valley est un jeu de collection et de gestion de main : vous devrez utiliser vos cartes pour déplacer vos pions animaux sur le plateaux et récolter le plus de victuailles possible. La carte que vous jouez va déterminer le type de chemins que vous pourrez emprunter, en plus d’avoir un impact sur votre récolte.

A lire :  From The Woods Studio : comment nous avons donné naissance à Explorers of the Woodlands

Les différents emplacements du plateau sont reliés par des chemins, et chaque emplacement va avoir différents effets, en vous octroyant des ressources ou en vous permettant d’acquérir de nouvelles cartes. Les différentes ressources pourront ensuite être fusionnées en plats à déguster au festival.

Disponible à partir de 8 ans, Maple Valley est le type même de jeux familial intergénérationnel, suffisamment accessible pour être pris par des enfants et des gens peu habitués aux jeux de société modernes, tout en offrant suffisamment de variabilité et de possibilités pour que des joueurs  aguerris puissent passer un vrai bon moment.

Maple Valley

  • Un jeu de Roberta Taylor
  • Illustré par Shawna JC Tenney
  • De 1 à 5 joueurs
  • Dès 8 ans
  • 45 minutes environ
  • Prix : 44,90€

maple valley jeu

bouton ludum


Frédéric Domain


Bandeau google actus

Etiquettes : Jeux de collection | Maple Valley | matagot | Roberta Taylor | Shawna JC Tenney

Newsletter Campustech

Recevoir les actus, critiques, guides et bons plans jeux de société deux fois par semaine

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

A lire aussi :

Kemet servant Masaharta

Kemet : Rise of the Gods débarque sur Gamefound…une nouvelle ère pour les dieux d’Egypte

face-a-face-boreal-conspiracy

Face à face ludique : Boréal vs Conspiracy, quelle tuile !

5 jeux en bois qui ne vous laisseront pas de marbre

Les Toits de Paris avis

Les toits de Paris : critique et avis

house of cats chat du bibliothecaire

House of Cats et le chat du bibliothécaire : chat-thérapie

Dans la même catégorie :

Kemet servant Masaharta

Kemet : Rise of the Gods débarque sur Gamefound…une nouvelle ère pour les dieux d’Egypte

Kolpa : ça colle ou ça colle pas ?

Linq jeu

Linq : des mots bidons pour démasquer les espions !

Rayman le jeu de société

Rayman tape du poing sur la table de jeu

à la louche

« À la louche » : sans extension fourchette

Margot Robbie Monopoly

Margot Robbie dans un film Monopoly : ne passez pas par la case navet

Viking Raiders jeu

Un jeu d’ambiance à base de gros gnons avec Viking Raiders

Manhattan Project War Machine

Manhattan Project War Machine : c’était pas ma guerre froide

Laisser un commentaire