Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Distilled jeu critique avis

Critique et avis sur Distilled : au shaker, pas à la cuillère

Distilled est un eurogame qui nous propose de vivre la vie de patrons de distillerie créant et sublimant les meilleurs alcools. Voici mon avis et ma critique de Distilled !

Serez-vous digne des meilleures bouteilles ou allez vous finir avec un jus de fruit comme moi ?

Du bon jus de raisin…

Je vous l’avoue de suite, je suis une bille totale en alcool. Je suis plutôt eau gazeuse en soirée au grand désespoir de certains de mes amis (enfin sauf quand ils ont du coup un NOA attitré facile à trouver). Et pourtant voilà un jeu qui m’aura fait pétiller de plaisir dans la retranscription de son thème comme dans ses mécaniques.

Distilled est un eurogame qui nous propose en effet de vivre la vie de patrons de distillerie créant et sublimant les meilleurs alcools. Lors des différentes phases du jeu vous allez acheter les ressources nécessaires, mélanger les différents ingrédients pour réaliser la distillation, et enfin vendre ou faire vieillir votre production.

Washback ta life !

Commençons par la phase de distillation, qui n’est pas celle qui arrive en premier mais qui est celle qui est la plus originale du jeu et aussi ma préférée. J’explique d’ailleurs le jeu en commençant par là quand j’y joue ! Il vous faut d’abord placer vos ingrédients dans le Washback (la cuve géante servant à réaliser la distillation). Une carte levure, une carte eau et une carte sucre au minimum sont nécessaires. À vous de déterminer combien vous en mettez en plus et surtout quels sucres vous allez placer (sucre de fruits, de céréales ou de plantes).

Chaque sucre produira une carte d’alcool que vous ajouterez GRATUITEMENT et AUTOMATIQUEMENT à ce mini-deck de cartes (désolé je déteste l’utilisation de majuscules mais je trouve ce point peu clair dans la règle alors j’aide votre cerveau à s’en souvenir quand vous sortirez le jeu après son achat et que vous lirez les règles ahah).

Vous mélangerez ensuite ce mini deck de cartes (mélange à la Brice bien sûr) que vous avez créé et vous enlèverez la 1ere et la dernière carte du deck. Et bam vous regardez quel alcool vous avez fabriqué selon les recettes à votre disposition ! Pour ceux qui crient au scandale du hasard tout est contrôlable : si vous souhaitez une recette à base d’un sucre en particulier il suffira de blinder le deck de ce sucre ou de mettre plein de levures par exemple pour minimiser les chances de tout foirer !

Et si ça foire et bien ça fera au pire de la vodka (oui désolé les fans de vodka ce jeu c’est coup dur pour vous) qui sera bien utile à vendre quand même. Thématiquement le jeu vous explique que dans les distilleries on enlève le premier tirage, toxique, et la fin de distillation avec un goût peu plaisant.. ce qui correspond ici à ces 2 cartes enlevées. Moi ça me met de suite dans le thème ce genre d’explication et ça rend cette phase très fun (où on ne retiendrait que la frustration sinon).

distilled

A lire :  Critique de Mycelia : le deckbuilding c'est du spore

Une petite levure pour une pièce s’il vous plaît

Mais revenons à la première phase de chaque manche : la phase d’achat. Le marché y est carrément bien rempli. Vous retrouverez des équipements, des ingrédients de qualité, des améliorations et du personnel. Mais l’argent est rare au départ (oui une fois que votre whisky premium arôme cannelle embouteillé dans une bouteille recouverte de feuilles d’or sera vendu vous aurez moins de soucis). Il faudra donc bien choisir quoi acheter.

Heureusement il y a le marché des coopératives (aka marché générique) pour fournir des ingrédients pas chers ou même gratuits. Et même la carte levure vous donnera une pièce à l’achat (le rêve ahah). Problème, les cartes achetées au marché générique sont limitées à 2 par manche. Et vous aurez besoin de tellement de cartes ! Déjà vous avez besoin d’ingrédients (mais je ne reviens pas dessus) mais aussi de fûts pour faire vieillir vos breuvages et de bouteilles pour les vendre.

J’aurais pu ici mettre aussi un ajout en majuscules mais je vais me calmer (oui vous avez un fut métallique une pauvre bouteille de base réutilisables). Vous voyez que ce sera rare pour vous de consacrer vos pièces aux améliorations… mais il y en a de si fortes… Ah et puis il faut acheter des recettes d’alcools aussi (différentes d’une partie sur l’autre #rejouabilité et #plusdethèmeencore)

distilled

A lire :  Critique d'Empire's End : Gloire et Déclin

Un arôme de pneu ? Vraiment ?

Une fois votre alcool créé après la phase de distillation vous obtenez une étiquette de cet alcool (qui pourra déclencher un puissant bonus) et vous le mettrez en fût. Certains alcools doivent être vendus de suite (et l’argent immédiat c’est bien) mais d’autres doivent vieillir au moins une manche dans le fût adéquat. Encore une mécanique que j’aime beaucoup puisque c’est à vous de choisir le moment de vous séparer de vos alcools qui vieillissent…

En cave, les alcools prennent de plus en plus d’arômes. Ces arômes sont représentés par des cartes apportant de l’argent en plus. Elles sont toutes différentes (quel bel effort de l’éditeur pour renforcer le thème). Votre alcool pourra prendre un arôme de pneu (je ne suis pas spécialiste mais ça me semble pas terrible) ou des arômes boisés, de miel et de cannelle… Une belle réussite thématique et de précieux PVs en plus pour votre alcool !

Tous sur la même bouteille ?

La rejouabilité de Distilled n’est pas en reste avec des personnages de départ différents pour chaque joueur qui apportent chacun un pouvoir et une recette d’alcool particulière. Cette recette signature rapportera le plein de PVs mais il faudra d’abord débloquer l’ingrédient unique nécessaire ! Il faut ajouter à cela une liste de recette particulière pour chaque partie qui fera que le rhum ne sera pas présent dans une partie au profit du Baiju par exemple (qui est l’alcool fort le plus consommé au monde vous le saviez ?).

De plus, chaque partie aura son lot d’objectifs communs aux joueurs. De quoi ne pas faire 2 fois la même game même si vous devrez à chaque fois suivre la voie ingrédients-distillation-vente ou mise en cave.

distilled

A lire :  Critique et avis sur Phantom Ink : les esprits lèvent l'encre

Je jette tous les thermos

Il faut savoir que je jette systématiquement les thermoformages au profit de sachets zip que je trouve bien plus pratique (surtout que je stocke à la verticale). Mais là le système de rangement est absolument sympathique via des boîtes Gametrayz qui permettent de tout maintenir en place et notamment les étiquettes d’alcools. Un exemple du genre. Le plateau de chaque joueur présente des emplacements pour les améliorations, les ingrédients et les équipements… Même le fameux washback est représenté pour se prendre encore plus à la distillation de nos alcools.

Facebook
Twitter
WhatsApp
Pinterest

En bref :

Une réussite mécanique et thématique grâce à des actions très cohérentes avec la fabrication des alcools. Une pointe de hasard délicieuse (si vous le voulez bien d’ailleurs) dans la distillation. Un jeu à consommer sans modération contrairement aux alcools que vous allez produire.

Matériel

5/5

Mécaniques

4/5

Rejouabilité

4/5

Originalité

5/5

Note :

18/20

J'aime

J'aime moins

INFOS :

Complexité

4/5

Thématique

4/5

Interactivité

2/5

Galerie :

Dernières critiques :

Ludum side bannière
Playin side banniere

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

bouton Ludum
bouton playin 2
wizard head campustech

Newsletter

Reçois un récap des actus ludiques + les bons plans et promos sur les jeux