Critique et avis sur Cascadia : au milieu coule une rivière

Cascadia est un jeu de tuiles accessible, fluide et paisible, qui cache une belle profondeur et une thématique très bien rendue. Un jeu qui frôle la perfection dans son format.

Mise à jour le :

Par : Frédéric Domain

Dans : Critiques et Avis

Cascadia jeu critique test avis

En achetant Cascadia j’avais un peu peur de tomber sur un énième jeu nature, joli et bien foutu mais oubliable très rapidement. Avec son titre de Spiel des Jahres 2022 et quelques avis sur le net (coucou le Dépuncheur) j’avais tout de même espoir que le jeu soit une vraie pépite. Voyons ce qu’il a dans le ventre avec cette critique et mon avis sur Cascadia !

Bienvenue dans le Nord-Ouest du continent américain

Je vais vous parler ici de la thématique de Cascadia et comment elle est rendue dans le jeu. Cascadia, tout d’abord, est le nom d’une zone de la chaîne montagneuse des Cascades qui s’étend sur la côte Ouest du continent américain, entre Etats-Unis et Canada, et qui couvre les états de Colombie Britannique, Oregon, et Washington. Parfois appelée aussi écorégion, Cascadia est synonyme de nature, de grands espaces verts, de forêts et de rivières.

Le jeu Cascadia s’insère remarquablement dans cette thématique de nature sauvage, en mixant des éléments d’habitat et de faune. Cascadia est un jeu calme, frais, paisible, dont les mécaniques et les illustrations rendent parfaitement cette impression de majestuosité et de grandeur. Dans Cascadia, on construit des rivières, des forêts, et on y place des wapitis et des ours. Un peu comme ces vieux jeux-vidéo de type god-like, Powermonger, Populous ou Sim-City en tête.

Cascadia reste un petit jeu dans son format et sa durée, 35€ et 30 minutes, mais il arrive avec peu à nous faire voyager, et on se surprend à vouloir construire des belles zones de prairies ininterrompues, quitte à perdre des points, où à ne pas interrompre une rivière avec une tuile montagne qui briserait notre paysage/ecosystème.

cascadia matériel de jeu
le matériel de jeu de Cascadia

Je vous le confesse, je déteste les jeux thématisés nature quand ceux-ci sont opportunistes, naïfs ou moralisateurs. A l’exception des jeux qui ont une approche scientifique, naturaliste, réaliste. Je crois que c’est le cas dans Cascadia, et quand on sait que les auteurs du jeu sont natifs de cette région, on comprend mieux l’hommage qui est fait par le jeu Cascadia à cet écosystème. Ce jeu pue la vérité, la sincérité et l’humilité.

Chaque élément du jeu retranscrit la thématique et rien ne nous en fait sortir : les tuiles, les cartes, les palets, la règle du jeu, tout est soigné, tout est thématique. Les saumons n’y sont pas mignons, les ours sont réalistes, et un écosystème n’est ni bon ni mauvais : il est. Cascadia est une franche réussite dans sa thématisation, avec un matériel de qualité :

  • un sac en tissu pour les palets en bois
  • des palets en bois agréables au toucher
  • des grandes cartes toilées qui rendent justice au travail de Beth Sobel
  • des tuiles solides et jolies

Le livret de règle de Cascadia est très clair, très bien illustré (à part sur un point précis sur les pommes de pin, mais ça vient sûrement de moi), à l’image de tout le jeu.

Comment ça se joue Cascadia ?

Cascadia est un jeu de tuiles et de collection, dans lequel vous allez essayer de créer les plus grandes zones d’habitat, en plaçant dedans une faune cohérente. Des cartes d’objectif vous indiqueront à chaque partie des règles de pose d’animaux différentes pour scorer, et les plus grandes zones d’habitat recevront un  bonus.

5 habitats sont présents dans Cascadia :

  • forêt
  • marais
  • plaines
  • montagnes
  • rivières

En parallèle, 5 animaux sont à placer dans ces habitats :

  • renard
  • buse
  • ours
  • saumon
  • wapiti
tuiles de cascadia
un début de partie de Cascadia

A votre tour de jeu, vous allez sélectionner un couple de tuile habitat/palet animal parmi 4 possibilités. Vous allez placer cet habitat dans votre zone de jeu, et placer l’animal sur une de vos tuiles qui comporte son symbole. Voilà, vous savez jouer à Cascadia !

Evidemment, la profondeur du jeu se cache dans les détails, dont voici le résumé :

Les cartes objectifs

Au début d’une partie de Cascadia, vous sélectionnez au hasard une carte, superbement illustrée par Beth Sobel, pour chaque animal du jeu. Ces cartes vont vous indiquer comment marquer des points avec les animaux, avec par exemple :

  • le plus grand banc de saumon, chaque saumon ne devant toucher un autre saumon que par un côté
  • chaque buse isolée d’une autre buse
  • chaque couple d’ours
  • un cercle de wapitis

Ces cartes donnent vraiment de la variabilité et de la rejouabilité au jeu (4 cartes par animal, donc plein de possibilités de mix), en changeant les conditions pour chaque animal et pour les interactions entre eux.

cartes objectifs cascadia
Les cartes objectif de Cascadia indiquent comment scorer pour chaque animal

Les pommes de pin

Quand vous placez un animal dans son habitat favori, symbolisé par une pomme de pin sur la tuile, vous gagnez une pomme de pin. A votre tour, vous pouvez dépenser cette pomme de pin pour changer tous les palets animaux, ou pour choisir le couple tuile/animal de votre choix, même si ils ne sont pas alignés. Cette petite mécanique est au coeur du jeu et vous permet de ne pas subir un couple tuile/animal en votre défaveur. Très bien vu par l’auteur. Bémol : thématiquement les animaux n’ont pas d’habitat idéal, ou plutôt ils en ont plusieurs, ce qui fait qu’on peut prendre une tuile saumon des plaines, ça fait bizarre. Certes il peut y avoir des rivières dans les plaines, mais l’illustration de la tuile n’en montre pas. Bref.

pommes de pin cascadia
Les pommes de pin dans Cascadia : une sorte de joker

Les habitats

Cascadia récompense les plus grandes zones pour chaque habitat. Vous allez marquer des points pour chaque tuile habitat connectée du même type. Selon le nombre de joueurs, il y aura des bonus pour chaque habitat pour ceux ou celles qui ont le plus grand. Cette mécanique rend le jeu plaisant, car on a envie de créer des belles zones d’habitat, et de scorer, mais aussi car ça enlève le côté punitif d’un mauvais tirage de tuiles/palets. Vous aurez toujours un endroit pour placer votre tuile et agrandir une zone, en attendant un tirage animal plus favorable.

Les modes de jeu de Cascadia

Du côté de la rejouabilité, de la durée de vie, Cascadia me semble très bon. Déjà par ses composantes aléatoires :

  • le tirage de tuiles et d’animaux fait que l’on ne construit jamais le même écosystème
  • les cartes d’objectifs changent complètement les façons de poser les animaux

En plus de ça, Cascadia se démarque par plusieurs modes de jeu :

  • un mode solo, avec une échelle de scoring, qui a le mérite d’exister
  • une variante famille avec une simplification sur les cartes d’objectifs : une seule carte et un scoring basé sur les plus grands groupes d’animaux
  • une variante intermédiaire qui est comme la variante famille avec un cran de difficulté supplémentaire
  • un mode scénarios avec des succès à débloquer, qui impose des contraintes de cartes objectifs, de restrictions et de façons de scorer
cascadia mode famille
le mode familial de Cascadia – un mode facile

Le mode solo et les variantes famille sont assez explicites, je ne vais pas m’attarder dessus, mais cela reste un point positif rendant le jeu plus accessible. En revanche le mode scénario donne une ampleur insoupçonnée au jeu : les défis qu’il propose vous feront triturer les mécaniques du jeu à leur paroxysme, en vous donnant des contraintes de plus en plus fortes, par exemple :

  • marquer 110 points ou +
  • ne pas avoir d’ours
  • jouer avec seulement trois types d’habitat et d’animaux, tout en scorant 80 points
partie en cours de cascadia
Partie en cours de Cascadia

Plusieurs zones du livret de règles vous invitent à cocher des cases de progression, en solo ou en multi, afin de donner du sens à vos parties, d’explorer les mécaniques du jeu. Je pense que c’est ce genre d’attention qui sépare les bons jeux des grands jeux. Ce petit cran en plus d’exigence, d’exploration ludique, qui fait qu’un jeu dénote dans un raz de marée annuel de 700 jeux qui sortent. Le mode scénarios de Cascadia c’est la raison pour laquelle vous referez une partie dans une semaine, puis dans un mois, puis dans 3.

Pour qui est Cascadia ?

Cascadia réussit ce grand-écart pourtant si casse-gueule d’être un jeu à la fois pour un public novice et pour un public initié. Vous allez adorer Cascadia si :

  • vous n’êtes pas réticent à la thématique nature
  • vous aimez les jeux sans trop d’interaction
  • vous aimez les jeux calmes et posés
  • vous aimez les jeux à deux
  • vous aimez avoir un mode campagne et de la rejouabilité

Cascadia se joue bien en solo, très bien à deux, et bien à 3 ou 4. Dans le même range d’excellence qu’Akropolis, Cascadia intéressera les novices, c’est clairement un gateway game, mais il donnera largement assez à bouffer pour les initiés et les experts. Ce n’est pas un jeu expert à proprement parler, mais sa difficulté de scoring et ses exigences d’optimisation dans le mode scénario le rendent suffisamment complexe pour intéresser les experts.

Une extension, Cascadia Landmark, est prévue et a été montrée à la Gen Con cette année.
Retrouvez Cascadia dans ma sélection des jeux de société en famille.

Vous pouvez acheter Cascadia sur le site de notre partenaire :

cascadia jeu
achat playin

Etiquettes : AEG | Cascadia | lucky duck games


Mon avis en bref

Cascadia est une expérience ludique plaisante et fluide, dans une thématique nature très bien rendue. Ses mécaniques sont précises et son gameplay limpide. Un jeu qui peut rentrer dans toutes les ludothèques idéales. Avec une sorte de mode Legacy, vous y jouerez longtemps !


Edition

4

Mécaniques

4

Rejouabilité

4.5

Originalité

4

Note

16.5

Comment sont notés les jeux ?


Points Positifs

Un gameplay limpide

Un mode scénario profond

Un jeu accessible

Rejouable

Points Négatifs

Le saumon des plaines

Un jeu un peu froid


Frédéric Domain


Infos :

Editeur : AEG/Lucky Duck Games

Créé par : Randy Flynn

Illustré par : Beth Sobel

Nb joueurs : 1 à 4

Idéal à : 3

Age mini : 8

Durée : 45mn

Caractéristiques :

Complexité : 3

Thématisation : 4

Interactivité : 2

ludum cta mobile
Box Ludum CTA Mobile

Avec le même tag :

Marvel Dice Throne Spiderman

Miles Morales Spiderman dans Dice Throne : mon avis

Marvel Dice Throne Loki

Loki dans Marvel Dice Throne : mon avis

Avis Paper App Dungeon

Avis sur Paper App Dungeon : l’aventure au bout du crayon

Brillez en société avec Art Society

Atlantis rising : coulera, coulera pas ?

Dans la même catégorie :

make the difference jeu

Mon avis sur Make the difference : la taille compte !

order overload jeu critique avis

Mon avis sur Order Overload Café : un muffin salé caramel-banane pour la 12 svp !

the hunt nuts publishing

Mon avis sur The Hunt : choisis ton camp !

Looot jeu critique avis

Looot : mon avis et ma critique

Pikit Repos prod

Mon avis sur Pikit : Kaijû et Mecha, le duo qui fait battre mon cœur.

Costu'monsters

Mon avis et ma critique de Costu’Monsters : un jeu de déguisement de monstres pour enfants

Mon avis sur Littoral : jetons l’ancre

Manhattan Project War Machine jeu critique avis

Mon avis sur Manhattan Project War Machine : la guerre a un prix

Laisser un commentaire