alerte rouge ChatGPT

Alerte rouge chez Google, inquiet de la popularité d’OpenAI et ChatGPT

Sommaire

Alphabet (Google) est sous pression face aux modèles d’intelligence artificielle d’OpenAI. Les équipes IA sont mises au défi d’accélérer leur rythme pour répondre à la menace que ChatGPT et Dall-E représentent. L’organisation OpenAI continue de faire des progrès qui sont plus que troublants pour Google. La direction de la firme américaine a donc réagi en déclenchant un signal d’alarme, selon un article paru dans le New York Times. On dirait bien que pour Google, c’est le moment de choisir entre innover ou s’en aller.

Le géant américain a donc déclenché l’alerte générale après le succès des produits d’OpenAI. ChatGPT, Dall-E ou Stable Diffusion ont bousculé la stratégie IA de Google et poussé son PDG, Sundar Pichai, à prendre des mesures drastiques. Objectif : présenter de nouveaux produits et services à l’occasion de la Google I/O, qui aura lieu au mois de mai. Une chose est sûre : Google n’est pas prêt de laisser son business model s’effondrer !

ChatGPT propose des meilleures réponses

Alphabet, la société mère de Google, est de plus en plus préoccupée par larrivée sur le marché public de ChatGPTbutcembre. Cette intelligence artificielle permet une conversation organique et peut produire un contenu sur presque tous types de sujets. ChatGPT surpasse lhumain par sa capacité deflexion et de maîtrise complexe. Quil sagisse de créer un plan alimentaire, délaborer une stratégie commerciale viable, de passer un diplôme ou de composer du code informatique potentiellement dangereux, ChatGPT est à même depondre à toutes les demandes de lutilisateur.

Sur le même sujet :
Pourquoi faire appel à un copywriter pour son site internet ?

En effet, il suffit juste de jouer quelques minutes avec ChatGPT pour comprendre l’inquiétude et l’empressement de Google. Certes, le chatbot d’OpenAI est encore loin d’être parfait. Mais il est clair qu’il pourrait bien devenir un concurrent extrêmement sérieux au bon vieux champ de recherche Google, qui repose principalement sur l’affichage de liens publicitaires aux côtés des résultats de recherche.

L’IA pourrait remplacer Google

Google travaille pourtant depuis longtemps sur des robots conversationnels. L’année dernière, il avait d’ailleurs, à l’occasion de la Google I/O, présenté LaMDA, une IA bluffante, capable d’avoir une conversation naturelle avec un humain. Mais LaMDA n’a pour l’instant pas fait son apparition dans les produits grand public de la firme. Pourquoi Google avance à petits pas ? Tout d’abord, il y a la taille et l’image de marque de l’entreprise, Google craint en effet de lâcher sur le web un monstre qui dispenserait de fausses informations ou du discours haineux. Et puis, il y a le problème de la monétisation : comment monétiser ces robots conversationnels, qui pourraient ringardiser les liens publicitaires ?

Alors que Google est actuellement la première option choisie par les internautes, l’arrivée imminente d’une intelligence conversationnelle pourrait bien bousculer le géant de la recherche en ligne. Quelle que soit la question, demander à un assistant virtuel sera sûrement plus rapide que de passer par toute la procédure de recherche sur Internet.

Sur le même sujet :
Comment créer sa propre agence digitale ?

On se demande donc ce que Google nous réserve pour sa prochaine conférence développeurs. Des services Google additionnels pourraient arriver bientôt sur le marché, tels quun robotchat similaire à OpenGPT, que des cadres dAlphabet ont évoqué lors duneunion. Tous les produits officiels obéiront aux normes de sécurité et de confiance, mais des expérimentations nonconventionnelles pourraient également être lancées. Un laboratoire dintelligence artificielle à limage dOpenAI serait alors proposé à 500 000 personnes, et un avertissement avertirait les internautes des biais négatifs potentiels associés à ces tests.

Affaire à suivre donc, en attendant la Google I/O 2023 !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
WhatsApp

Articles avec les mêmes tags